Suite aux « dojos philo » saison 1, voici le programme des réjouissances pour 2017.

img_0096

Merci à Sandrine pour cette photo volée lors d’un cours d’introduction à Namur

Première nouveauté: les séances reprennent le format mis en place en 2016 mais s’appellent désormais « LES APRÈS-MIDIS DE SIMONE » (parce que Simone vaut bien ça et parce qu’une petite surprise se prépare dans mes cuisines)

À NOTER:

  1. 1 séance par mois à partir de février, sauf en juillet et en août. Soit 9 après-midis pour 2017.
  2. 6 inscrits min. pour que l’après-midi ait lieu.
  3. 12 inscrits max.: c’est ce qui permet d’assurer la clarté des explications sans renoncer à la précision, tout en maximisant la convivialité du groupe. Au-delà de 12 inscrits, je travaillerai à créer un 2ème groupe.
  4. Tarif à la séance identique à 2016. 10 % offerts à ceux qui prennent le pack des 9 après-midis.
  5. Les participant(e)s peuvent compléter leur inscription avec un don de 50 e ou un don premium de 100e. Dans les 2 cas, Simone offre 1/3 du billet. Pour chaque don effectué, un billet « cadeau » correspondant pour « motivé fauché » sera activé (dans un cas, il paie 50e, dans l’autre il est totalement invité par le/la donateur(rice) et Simone);
  6. tout participant ayant souscrit à un pack 9 séances peut, s’il doit inopinément manquer une après-midi de Simone, transmettre sa place à quelqu’un qui a toute sa confiance pour en faire bon usage;
  7. 20 jours avant chaque séance, j’enverrai aux inscrit(e)s une ou deux indications de ressources à explorer (livres, extraits, liens audio/vidéo) et un argumentaire pour permettre à ceux qui le souhaitent d’échauffer leurs méninges et leur esprit critique.
  8. Pas de niveau ni de diplôme pré-requis: la philosophie est une pratique passionnante pour qui a envie de réfléchir et de se dépayser dans d’autres manières de penser que la sienne.
  9. Deux axes s’entrelacent dans ce programme:

a) le fil rouge traverse avec éclectisme des grandes questions de la philosophie reposées par notre existence quotidienne,

b) le fil vert propose un retour aux sources pour une éthique du développeur, qui consiste à travailler des concepts-outils en vue de faire bouillonner les cerveaux des citoyens-développeurs.

Dans ce cadre, Raphaël travaille activement à rendre possible l’émergence d’un collectif qui se réunirait en soirée la semaine qui suivrait l’après-midi de Simone.
Autant que possible, je reste bien sûr à votre disposition par mail pour répondre à vos questions avant et après les séances.

  • 27 février: Où est passé le temps ? Où il sera question du temps (en nous ou dans les choses? Kant / empiristes), de son « accélération » (H. Rosa) et de la vie comme quantité limitée de temps (Sénèque, entre autres)
  • 27 mars: Celui qui appuie sur le bouton est-il le seul coupable? Où il sera question de technique, de commanditaires, de fabricants, d’utilisateurs, d’effets néfastes et de responsabilité (tous complices? tous innocents?).
  • 24 avril: Qu’est-ce qu’une famille? Où il sera question de la définition de la famille (communauté naturelle / culturelle? Aristote / Rousseau), de pouvoir (Engels) et de liberté.
  • 22 mai: Internet existe-t-il? Où nous explorerons les définitions du réel et du virtuel pour voir si le numérique existe (comment?), s’il n’existe que virtuellement (mais possède, comme la fiction, des effets réels) ou s’il n’existe pas du tout (comment?).
  • 19 juin: Pourquoi travailler? Où il sera question de la définition du travail (manuel, intellectuel, artistique, social, …), de son origine (naturelle / sociale?), de ses effets aliénants / libérateurs.
  • 11 septembre: Le bon travailleur est-il un mouton? Où il sera question de sentiment d’irresponsabilité de l’exécutant (H. Arendt et son analyse du « fonctionnaire du mal »), et des devoirs du travailleur (obéissance / résistance?).
  • 9 octobre: Qu’est-ce que la métaphysique? Où il s’agira d’aborder sans complexe et avec passion ce gros mot de la philosophie, histoire de voir si l’être humain est bien un « animal métaphysique » (Schopenhauer).
  • 6 novembre: Y a-t-il un « humain » dans le numérique? Où il s’agira de voir ce que c’est que l’humain, s’il peut habiter dignement le monde numérique et in fine ce que pourrait être un humanisme numérique.
  • 4 décembre: Pourquoi n’avons-nous pas les mêmes valeurs? Où l’on discutera de la pertinence ou de l’impertinence de l’universalisme, de sa compatibilité ou non avec les libertés individuelles, de multiculturalisme et de pluralisme des valeurs.

Merci à /UT7 qui nous accueille dans ses beaux locaux et tout particulièrement à Raphaël pour ses généreux talents de co-organisateur et de co-animateur dans cette aventure collective!